R.I.V.E : des bougies uniques faites main à Lyon

Le 26 mai 2016, par Marie Cartigny

Et si la création d’une petite entreprise se racontait comme un conte d’Andersen ? Claire serait la princesse au petit pois… Tout simplement parce qu’un soir de Noël 2015, elle offre à sa famille et à ses amis des bougies, confectionnées par ses petites mains à base de boîtes de conserve de petits pois, récupérées dans ses placards. C’est l’histoire de R.I.V.E que PressNut va vous conter…

Claire m’a particulièrement touchée lors de notre interview, sa sincérité d’abord sur ses difficultés à trouver un emploi en tant qu’architecte après sa formation puis les ressources en terme de créativité et d’ingéniosité dont elle a tiré parties pour créer sa propre entreprise.

Évidemment, sans les encouragements de ses proches et le coup de pouce marketing d’Etsy, les bougies de Claire n’auraient pas connu le même engouement auprès de ses clients friands du concept fait main made in France.

Ses bougies sont fabriquées de manière artisanale à base de cire de soja végétale sans OGM, une qualité de cire à la fonte incomparable à celle de la paraffine. Mais l’originalité de ses bougies tient plus au graphisme qui vient décorer les fameuses boîtes de conserves de petits pois du départ. Claire s’amuse à personnaliser chaque série de bougies en y ajoutant un texte poétique, humoristique ou emblématique. C’est ainsi qu’en alignant trois bougies, nous pouvons lire cette petite phrase : « En attendant l’été, prendre le temps de faire un vœu »…

R.I.V.E : R pour réemploi, I pour inspiration, V pour vintage, E pour exclusive

Je comprends qu’Etsy, la communauté mondiale du fait main, ait choisi comme finaliste cette jeune entreprise lyonnaise pour être exposée d’abord au BHV du Marais puis tout le mois de juin 2016 aux Galeries Lafayette Haussmann à Paris. Ces deux opportunités ont permis à R.I.V.E, éloge au fleuve et aux berges du Rhône, de se développer et de proposer dans l’avenir une autre senteur (venue directement de Grasse) que celle de fleur de coton. Claire veut également que les adeptes des bougies s’approprient l’objet en le personnalisant eux-mêmes.

Parallèlement à son activité d’architecte, Claire, aidée de son compagnon et d’amis, a déjà confectionné dans son appartement lyonnais plus de 600 bougies pour faire face à la demande des deux grandes enseignes parisiennes. Pari réussi et ceci en partie grâce à Etsy. Après ce témoignage, je conseille aux jeunes créateurs de devenir vendeurs par le biais de cette plate-forme qui non seulement permet d’ouvrir une boutique en ligne à moindre coût et qui génère également des événements d’envergure permettant le développement d’une petite entreprise. Avis aux jeunes pousses créatrices !

Une innovation fun en Auvergne-Rhône-Alpes : la paire de raquettes luminescente

Le 15 avril 2016, par Rédaction AuvergneRhôneAlpes.info

On connaissait les randonnées de raquettes aux flambeaux se pratiquant en France et surtout au Canada, idéales pour les amateurs de nature souhaitant se régaler devant une fondue ou devant un lever de soleil dans un décor de neige . Pour ce faire, une paire de raquette, une lampe frontale ou une lampe de poche suffisaient. Mais, chers amis du futur, nous en voulons toujours plus en terme d’innovation. Voici donc la Lumio Light, une raquette photo-luminescente pour les randonnées nocturnes fabriquée par la société JMM à Thonon-les-Bains.

6 000 paires par an

Nous sommes déjà très fiers que le prototype ait été présenté au salon international du sport à Munich qui s’est déroulé du 5 au 8 février 2015. L’ISPO Munich est le salon leader international des articles de sport et de la mode sportive. En 2014, plus de 80.000 visiteurs professionnels en provenance de plus de 100 pays s’y sont rendus afin de découvrir la large gamme de produits présentée par environ 2 500 exposants, venus respectivement de 51 pays. Or la Lumio Light, puisque c’est son nom, a déjà séduit nombre de clients potentiels. L’objectif était de vendre 3 000 exemplaires d’ici fin 2016. Et à terme, ce nouveau modèle devrait représenter 10 % du chiffre d’affaires du groupe thononais. Le groupe JMM a l’ambition de produire 6 000 paires de Lumio Light par an à l’horizon 2019.

Comment ça marche ?

Cette raquette photo-luminescente agit comme une batterie. Elle se recharge par exposition à la lumière solaire, électrique ou ultraviolet en un temps maximum de 10 minutes. Une fois chargée, la Lumio Light restitue dans l’obscurité l’énergie accumulée. Ces raquettes ont une longue durée de vie, grâce aux pigments cristallins extraits de « terres rares ». L’atout est la sécurité éprouvée dans la nuit noire. Entre les essais, la mise au point, les tests (notamment sur neige par trois skieurs), le marketing…, l’investissement atteint les 15 000 euros.

Le Haut-Savoyard JMM fabrique les raquettes à neige de l’Otan

JMM a fourni depuis 2013 déjà 5 000 paires aux armées de l’Otan et équipe les armées polonaises, espagnoles et norvégiennes. Le Groupe JMM, situé en Haute-Savoie, conçoit également depuis 1990 des raquettes à neige en plastique, commercialisées sous la marque Morpho. Elles ont la particularité de s’adapter à tous les types de chaussures.

Morpho affiche un chiffre d’affaire de 500 000 euros, vend 12 000 paires chaque année et exporte 98% de sa production dans 35 pays, principalement en Finlande, aux États-Unis, en Suisse et en Italie. Les raquettes sont conçues à Thonon-les-Bains et produites dans l’usine Gepstar à la Monnerie-le-Montel, à côté de Thiers.

pressnut_raquette_nuit

Le Clust’R Numérique d’Auvergne-Rhône-Alpes devient le plus grand cluster numérique de France

Le 04 avril 2016, par Rédaction AuvergneRhôneAlpes.info

Le Clust’R Numérique continue de se déployer dans la nouvelle grande Région Auvergne-Rhône-Alpes, avec l’ouverture de l’Antenne Deux Savoie qui sera animée par Stéphanie Peray et la création, à Clermont-Ferrand, de deux postes d’administrateurs pour l’Auvergne. Avec plus de 300 entreprises cotisantes, il est désormais le plus grand cluster numérique de France et pèse près de 50 % du poids économique de la filière numérique de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Cette dernière vient de mandater le Clust’R Numérique pour accompagner, à ses côtés, la dynamique régionale French Tech.

En trois ans, sous les présidences de Laurent Fiard et de Jean-Michel Bérard et sous la direction de Thierry Alvergnat, le Clust’R Numérique aura connu une accélération sans précédent. Avec la transformation de son modèle économique, il aura réussi à fédérer plus de 300 adhérents cotisants, soit 8 nouveaux adhérents par mois, dont 85 % d’ETI de la région. Selon l’étude de la DIRRECTE, il représente 22 000 emplois et 2,2 Md€ de CA consolidé.

S’il bénéficie historiquement du soutien des collectivités comme la Région Auvergne-Rhône-Alpes, la Métropole de Lyon et la Metro, Grenoble-Alpes Métropole, le Clust’R Numérique a su convaincre plus récemment des acteurs privés de premier ordre de soutenir son développement : Hiscox, IBM, F-Initiativas, Appolo, Wis… (Startups, PME, ETI, Entreprises), des laboratoires de recherche et des organismes de formation. Son équipe de 6 personnes contribue à favoriser la performance et l’innovation de ses adhérents, par l’organisation de networking, le partage de bonnes pratiques et de l’état de l’art au travers d’actions concernant le business et l’innovation, l’export, l’entrepreneuriat, la formation et l’expertise.

3 500 participants

Le Clust’R Numérique organise ou co-organise, chaque année, plus d’une cinquantaine d’événements alliant information, formation et networking qui fédèrent 3 500 participants. Il diffuse environ 5 000 appels d’offres à ses membres, initie une quarantaine de rencontres business qualifiées, et accompagne une trentaine de PME à l’international lors de manifestations majeures telles que le CES, ou le WebSummit,… Le concours régional de pitch 333 permet à des startups d’être identifiées (26 startups en 2015) et d’être mises en relation avec des grands comptes comme Schneider Electric, Alsthom Hydro, Procter & Gamble (33 startups en 2015).

Les projets labellisés par le Clust’R Numérique bénéficient d’un accès privilégié aux acteurs du financement de l’innovation : BPI, INPI, ARDI. 3 projets ont été financés en 2015. Le Clust’R Numérique agit également pour faciliter les recrutements dans la filière. Son JobBoard a permis d’organiser une soixantaine de mises en relation entre candidats et employeurs. Il conduit, en partenariat avec la Web@cademie et la fondation CEGID, des opérations d’information auprès des collégiens pour les sensibiliser aux débouchés de la filière numérique en région.