1,3 millions de visiteurs pour les 11e Journées Européennes des Métiers d’Art

Le 04 avril 2017, par Rédaction AuvergneRhôneAlpes.info

Les Journées Européennes des Métiers d’Art (JEMA), qui se sont tenues du vendredi 31 mars au dimanche 2 avril, ont rassemblé plus de 1,3 millions de visiteurs, partout en France, autour d’un thème fédérateur « Savoir(-)Faire du lien ». En 11 éditions, les JEMA se sont imposées comme la plus importante manifestation internationale dédiée au secteur. Cette année, elles ont mobilisé 19 pays européens, 14 régions françaises et, sur le territoire national, plus de 5 400 ateliers et 160 centres de formation. En tout, plus de 10 000 événements en Europe ont mis à l’honneur les métiers d’art, créant ainsi du lien entre citoyens-consommateurs et créateurs.

À l’initiative de l’Institut National des Métiers d’Art (INMA) et sous la tutelle de deux ministères, le ministère de l’Économie et des Finances et le ministère de la Culture et de la Communication, ces Journées se sont donné pour fil rouge le thème « Savoir(-)Faire du lien », mettant ainsi en exergue tous les liens à l’œuvre dans les métiers d’art : liens entre des hommes et des femmes de tous horizons qui témoignent de parcours infiniment variés ; liens entre les générations, par la sensibilisation, l’éducation et la transmission de savoirs ; liens entre les métiers, avec de formidables aventures entrepreneuriales ; liens entre les acteurs économiques ; liens entre les territoires affirmant l’existence d’une vaste communauté des métiers d’art dans laquelle s’expriment des spécificités locales autant que se créent des passerelles entre les traditions et les cultures du monde entier.

Pour cette édition 2017, la manifestation s’est dotée de 13 ambassadeurs représentant chacun une vision propre des liens initiés par les métiers d’art et une région de France. Ils sont souffleur de verre, imprimeur en sérigraphie, charpentier de marine, plisseur, mosaïste ou encore plumassier ; ils vivent aux quatre coins de l’hexagone et créent, chacun à leur manière, du lien. Pour certains, il s’agit d’ « inventer l’entreprise du XXIe siècle » ; pour d’autres, de « faire aimer l’art de 0 à 99 ans » ; ou bien de « tracer un chemin entre les artisans d’hier et de demain » ou encore de « penser et fabriquer à plusieurs ».

281 métiers composent cet univers qui a pour centre de gravité le travail de la matière

Au cours de ce long week-end, ils ont été mis en valeur à travers une exposition de photographies des 13 ambassadeurs présentée à la galerie YellowKorner Pompidou (Paris). Ces Journées ont également été l’occasion pour le public de plonger au cœur des ateliers des professionnels des métiers d’art du musée du Louvre (Paris), de visiter la Cour de l’industrie (Paris) nouvellement restaurée et les ateliers qui la composent, ou encore d’admirer le travail des 50 professionnels réunis à la cité de Carcassonne (Aude). Les visiteurs ont pu aller à la découverte de nombreux savoir-faire aussi bien dans les ateliers participant que dans les grandes manifestations organisées pour l’occasion notamment à Marseille, Lille, Nancy, Strasbourg, Rennes, Nantes, Chartres, Clermont-Ferrand, Rouen, Caen, Calvi… mais aussi dans de nombreuses villes européennes dont Amsterdam, Hanovre, Vienne…

Les JEMA sont organisées avec le concours de fidèles partenaires et mécènes : l’Assemblée Permanente des Chambres de Métiers et de l’Artisanat, le Fonds National de Promotion et de Communication de l’Artisanat, la Fondation Bettencourt Schueller, le groupe France Télévisions, Radio Vinci Autoroutes et Sanef 107.7. L’INMA leur adresse ses plus vifs remerciements ainsi qu’à l’ensemble des institutions culturelles, professionnels des métiers d’art, centres de formation, porteurs de projets, coordinateurs régionaux, collectivités territoriales, chambres consulaires et associations partenaires mobilisées ainsi qu’à tous les amoureux des métiers d’art qui ont permis la tenue de ce grand printemps des métiers d’art ; et donne rendez-vous en 2018 pour la 12e édition des Journées Européennes des Métiers d’Art.

Lire l’article

Grand Prix Poésie RATP 2017 : Augustin Trapenard, contrôleur de poèmes

Le 31 mars 2017, par Rédaction AuvergneRhôneAlpes.info

Cette année, le jury du Grand Prix Poésie RATP est présidé par le journaliste et critique littéraire Augustin Trapenard. Agrégé d’anglais, cet ancien élève de l’École Normale Supérieure de Lyon est actuellement aux manettes de « Boomerang » sur France Inter, de « 21 cm » et du « Cercle » sur Canal +. Il rappelle que tous les poètes amateurs, quels que soient leur âge ou leur région, ont jusqu’au 15 avril pour participer à la 3e édition du Grand Prix Poésie RATP !

Comment participer ?

Pour participer, rendez-vous jusqu’au 15 avril 2017 ici. Il suffit aux auteurs de s’inscrire dans leur catégorie d’âge, moins de 12 ans, moins de 18 ans et plus de 18 ans, et de déposer leur texte. La thématique est libre, le poème peut être en vers ou en prose et son format court (4 lignes maximum) ou long (14 lignes maximum).

3625 poèmes reçus au total déjà !

Depuis le 15 mars dernier, plus de 3 500 contributeurs ont déjà tenté leur chance et pourront ainsi peut-être voir leur poème affiché durant les deux mois d’été sur l’ensemble du réseau RATP et être lus par des millions de voyageurs chaque jour. Trois grands prix seront, par ailleurs, attribués : le Grand Prix Enfants qui sera récompensé par une tablette tactile ; le Grand Prix Jeunes se verra offrir des chèques cadeaux culturels d’une valeur de 400 € ; et le Grand Prix Adultes remportera un week-end à la découverte de Vienne et son patrimoine exceptionnel.

La RATP et la poésie : une belle histoire

Depuis plus de 20 ans, la RATP offre à ses voyageurs, pendant leur trajet, des moments de poésie, et leur permet ainsi d’être en contact avec les plus grands textes du genre grâce à l’opération « Des lignes et des rimes » qui présente aux voyageurs des poèmes d’auteurs. Depuis 1997, l’entreprise participe à la diffusion de la poésie dont chaque édition est présentée par une personnalité du monde des Arts et des Lettres, tels, ces dernières années, Matthieu Chedid, David Foenkinos, Stéphane de Groodt ou encore Zabou Breitman.

Lire l’article

La Drôme remporte le Trophée « Destination vélo » 2017 de la FFCT !

Le 21 mars 2017, par Marie Cartigny

Lors du Salon Destinations Nature qui a eu lieu du 16 au 19 mars 2017, la Fédération française de cyclotourisme a remis les Trophées du vélo 2017 dans les deux catégories suivantes : la Destination vélo et l’Itinéraire vélo. Pour cette 4ème édition, deux départements sont arrivés ex-æquo sur le podium : la Drôme et la Charente-Maritime. Ce sont les « Destinations vélo » 2017 qui font figure d’exemples en matière de cyclotourisme grâce à la mise en place d’aménagements cyclables, d’accueil des cyclotouristes, offres dédiées etc… Elles se distinguent par leur point fort commun : un travail participatif depuis 20 ans avec les différents acteurs du vélo sur le territoire (associations, institutions, fédérations…) qui débouche sur un projet fédérateur et porté par tous.

La Drôme est engagée tout comme la Charente-Maritime, depuis plus de 20 ans, dans une politique de développement de la pratique du vélo. Avec sa grande diversité de paysages et son relief varié, elle dispose d’une variété de parcours pour une pratique sportive ou contemplative.

La Drôme à vélo totalise 3 613 km d’itinéraires, appelés « Bons plans à vélo », avec des circuits de niveau vert à rouge dont 88 cols routiers pour les cyclogrimpeurs et 139 km de véloroutes voies vertes. La ViaRhôna traverse d’ailleurs le territoire sur 66 km.

Pour les vététistes, 3 488 km d’itinéraires VTT s’offrent à eux avec 9 sites et Bases VTT mais aussi 2 grands itinéraires de longue itinérance et la Grande Traversée du Vercors en VTT.

Une offre diversifiée et complète grâce à l’engagement fort du Comité départemental de cyclotourisme associé au travail collaboratif avec les associations locales et les partenaires.

La Communauté de Communes des Hautes Baronnies est d’ailleurs labellisée « Ville et Territoire vélotouristiques ». Box à vélos, vélo-station en gare, mise à disposition de produits packagés, brochures dédiées, topoguides (…), les cyclotouristes pourront trouver leur bonheur !

Pour cette toute 1ère édition, c’est la Vélodyssée qui a été élue « Itinéraire vélo » 2017. Avec un parcours de 1 240 km de Roscoff à Hendaye, elle offre un parcours sauvage et tonique avec un parcours 100% réalisé.

Pour plus de renseignements, veuillez cliquer ici.

Lyon / Villeurbanne – Solidarité : Semaine du Don en Nature

Le 20 mars 2017, par Marie Cartigny

Depuis huit ans, l’association l’Agence du Don en Nature œuvre de manière innovante en faveur de la lutte contre l’exclusion. En 2016, elle a collecté trois millions de produits neufs non alimentaires auprès d’un réseau de 130 entreprises partenaires. Ces dons ont ensuite été commandés en ligne par 750 associations et redistribués à 900 000 personnes en situation de précarité. Alors que 66% des Français sont prêts à offrir un produit neuf non alimentaire lors de leurs achats sur Internet, selon une étude OpinionWay, l’Agence du Don en Nature souhaite sensibiliser le grand public aux dons de produits de première nécessité à travers l’opération « 1 like = 1 don » sur les pages Facebook de six entreprises partenaires et à travers des manifestations sur l’ensemble du territoire, lors de la Semaine du Don en Nature du 20 au 25 mars 2017.

Agir contre l’exclusion par le don de produits

Alors que 83% des Français se déclarent généreux, ils sont 74% à soutenir une association ou un projet. Parmi les actions soutenues, le don de produits aux associations est pratiqué par 52% des personnes interrogées suivies par des dons financiers (47%), le bénévolat (39%) et le crowdfunding (12%). Cette étude révèle également l’appétence des Français à de nouvelles formes de solidarité. En effet, 66% des personnes interrogées se disent prêtes à faire un don de produits de consommation courante lors de leurs achats sur Internet et un Français sur cinq est même prêt à le faire de manière certaine.

Une Association innovante

L’Agence du Don en Nature a placé le numérique au cœur de son modèle. Souhaitant aujourd’hui sensibiliser le grand public aux dons de produits non alimentaires, elle organise avec le concours des laboratoires Bioderma, d’Electrolux, professionnel des laboratoires Pierre Fabre – Klorane, de Gemo, Mustela et SEB, l’opération « 1 like = 1 don » sur Facebook du 20 au 25 mars 2017. Le grand public est ainsi invité à se rendre sur les pages des partenaires et à aimer le visuel de l’association afin qu’un produit lui soit redistribué. Cette opération s’inscrit dans les opérations de sensibilisation aux dons de produits en ligne menées par l’Agence du Don en Nature depuis un an comme le développement du panier partage. Testé sur Amazon en mars 2016, il est actif sur Greenweez (groupe Carrefour), numéro 1 des courses bio sur Internet, depuis septembre 2016. Le panier partage permet d’ajouter à son panier d’achat un produit de première nécessité et de l’offrir à l’Agence du Don en Nature.

Les événements à venir

Parmi les manifestations, l’association organise mardi 21 mars à Lyon à 10 h 00 (Centre d’hébergement – 69 rue de Cuire), un atelier « renouer avec l’estime de soi » en partenariat avec L’Oréal et l’association Alynéa. Et à Vénissieux à 18 h 30 au Centre d’entraide Pain de Sarepta (11 Avenue de la République) sera organisée une conférence sur le don en nature et présentation du bilan d’activité de l’Agence du Don en Nature, en présence de Christian Ringuet, Président de l’Agence du Don en Nature et avec le témoignage d’entreprises et d’associations partenaires.

Pour plus d’informations, veuillez cliquer ici.

Nouvelle vie – Nouveau départ à Clermont-Ferrand

Le 16 mars 2017, par Eric Loszycer

Une réclame pour un nouveau prêt bancaire ou une agence d’intérim ? Et bien non, pas cette fois-ci. Imaginez plutôt que tous vos objets condamnés à passer par la case poubelle parce que défectueux revivent comme par enchantement. Un petit miracle qui en plus ferait de vous un petit écolo sans le moindre effort. Elle est pas belle la vie ? Explications.

Cette résurrection toute laïque s’appelle Je Recycle Parc.
Il s’agit d’une association qui porte un projet de « ressourcerie ». Derrière cette dénomination un peu étrange se cache l’objectif de recycler nos vieux biens de consommation afin de leur rendre leur lustre d’antan.

Dans la boutique du 32 avenue Édouard Michelin à Clermont-Ferrand, 6 salariés et une quinzaine de bénévoles s’activent à réparer des objets défectueux pour les revendre à des tarifs solidaires. Le but n’est pas de faire un bénéfice le plus élevé possible mais de favoriser le réemploi. Fringues, mobiliers, les budgets les plus modestes peuvent trouver leur bonheur. Par exemple en ce moment, la boutique vend des cafetières à 2 euros ou des grille-pains à 5.

Damien Langlois, l’administrateur de Je Recycle Parc que nous avons interviewé précise que cette activité économique citoyenne oriente sa démarche en 4 actions : « Premièrement on fait de la collecte de déchets de particuliers, deuxièmement on répare, troisième étape on fait du réemploi de déchets à travers la boutique solidaire et enfin on fait des actions de sensibilisation à l’environnement.
La pollution qui ne cesse de gagner du terrain trouve là un adversaire de taille. En effet, le réemploi des objets favorise la diminution drastique des émissions carbone.

Cette ressourcerie du quartier de la gare revendique une dimension sociale très affirmée. Elle travaille en étroite collaboration avec le Conseil départemental du Puy-de-Dôme. Elle organise des ateliers. Des groupes de personnes suivies par les services sociaux participent à des activités de réparation et d’entretien. Une action que Damien Langlois, qualifie de « re-sociabilisation ». Il ajoute que la boutique « œuvre aussi avec des organismes de formation dont elle accueille les stagiaires sur des thématiques d’économie solidaire ».
Il faut dire qu’avec la mise en place de normes européennes et l’évolution des mentalités, le réemploi s’inscrit très bien dans l’économie de demain qu’est l’économie circulaire.

La dimension culturelle n’est pas oubliée. Des expositions auront lieu dans la boutique Je Recycle Parc. La semaine du 20 mars, plus d’une quinzaine de créateurs clermontois prendront des objets dans la boutique, les transformeront et en feront de nouvelles créations. Vous l’aurez compris, avec de l’imagination tout est réalisable.

Allez donc y faire un tour. La boutique est ouverte du mardi au samedi de 14h à 19h. Particuliers et professionnels y sont les bienvenus.

Plus de renseignements ici.

Ça s’est passé à Lyon un 5 mars : la ficelle de Croix-Rousse est née – LyonCapitale.fr

Le 06 mars 2017, par Editor Bot

LyonCapitale.fr
Ça s'est passé à Lyon un 5 mars : la ficelle de Croix-Rousse est née
LyonCapitale.fr
1805 – Le corps législatif adopte la loi rendant à Lyon, Marseille et Bordeaux un régime municipal conforme au droit administratif commun (mairie unique). 1860 – Commencement des travaux du chemin de fer de la Croix-Rousse aboutissant à la création du …

Lire l’article

Lyon : Un cours de Zumba place Bellecour pour lutter contre le cancer

Cette manifestation intitulée « Danser pour Elles » est organisée mercredi prochain (le 8 mars) à 17h30 à l’occasion de la Journée Internationale des Droits des Femmes. Objectif : rappeler que le plus grand droit pour les femmes est celui de rester en bonne santé !

Pour l’association « Courir pour Elles » à l’origine de cet événement, il est important de répéter que l’activité physique reste le meilleur moyen de prévention contre un cancer. Une de ses missions est de récolter un maximum de recettes pour amener des coachs et des professeurs de sport à l’hôpital. L’association souhaite ainsi apporter de la qualité de vie à des femmes qui sont en soin. Si le cours de danse de mercredi est gratuit, « Courir pour Elles » se finance grâce à la vente de dossards lors d’épreuves sportives que l’association organise. Grâce à cela, « Courir pour Elle » a pu financer sept projets pour une somme globale de 150.000 euros. Que les hommes se rassurent, la Zumba géante du 8 mars leur est ouverte. Hommes et femmes pourront donc ensemble danser et s’amuser. Un show rock n’roll mené par une école de danse est également au programme.

L’importance de l’activité physique est aujourd’hui reconnue par l’OMS. Le fait de se bouger permet à l’organisme d’avoir plus de défenses immunitaires. Pour Sophie Moreau, présidente de l’association « Courir pour Elles », une femme qui se bouge, c’est une femme qui mange mieux, qui fait attention à son régime alimentaire. De plus, elle rappelle qu’une activité sportive en groupe permet de rompre l’isolement.

L’association travaille en étroite collaboration avec le milieu médical

Sophie Moreau précise même que l’association vient de signer une convention de 4 ans avec le Centre de lutte contre le cancer Léon Bérard à Lyon pour développer la pratique du sport. Avec des conditions climatiques difficiles, le cours de Zumba de l’an passé avait tout de même attiré plus de 2000 personnes. Cette année avec une météo plus favorable, on peut espérer beaucoup plus de monde. Des élus du Conseil Régional Auvergne-Rhône-Alpes participeront aussi à cette manifestation.

Si vous voulez vous préparer un peu avant mercredi prochain, « Courir Pour Elles » a mis sur son site internet une vidéo qui présente la chorégraphie de la chanson Waka Waka de Shakira. Tous les pas sont décomposés. Plus aucune excuse donc pour ne pas être dans le bon rythme sur une Zumba qui promet d’être endiablée. Enfin pour rester dans le ton de cette journée de prévention, mettez-y deux conditions pour participer : apporter votre bonne humeur et soyez vêtu(e) de rose afin de créer une gigantesque vague uniforme sur la Place Bellecour.

Si cette couleur manque à votre garde-robe, pas de souci : la boutique « Courir Pour Elles » et ses bénévoles seront sur place pour vous proposer de nombreux articles roses (tee-shirts, coupe-vent…).

Éric Loszycer

Clermont-Ferrand : Coup de projecteur sur Cinéfac – Franceinfo

Le 20 février 2017, par Editor Bot

Franceinfo
Clermont-Ferrand : Coup de projecteur sur Cinéfac
Franceinfo
Tous les mardis, une vingtaine d'étudiants fait vivre Clermont Ferrand à l'heure du 7ème art. Mais au Cinéfac, on ne se contente pas d'une simple séance de cinéma. C'est l'occasion, aussi, de faire venir des professionnels, comme la comédienne Joëlle …

Lire l’article