Appel à candidature pour la résidence photographique 2017-2018 – Ville de Clermont-ferrand

Le 19 septembre 2017, par Editor Bot

Ville de Clermont-ferrand
Appel à candidature pour la résidence photographique 2017-2018
Ville de Clermont-ferrand
Dans le cadre de sa résidence photographique 2017-2018, la Ville de Clermont-Ferrand confie à un photographe professionnel le soin de porter son regard sur les territoires de l'agglomération clermontoise. Les notions de rencontres et d'échanges sont au …

Lire l’article

RDV le 3 janvier avec 9h50 le matin Auvergne Rhône-Alpes !

Le 02 janvier 2017, par Rédaction AuvergneRhôneAlpes.info

La matinale de France 3  Auvergne Rhône-Alpes fait peau neuve : nouveau titre, nouveau décor, nouvel habillage. 9H50 le matin Auvergne Rhône-Alpes, un rendez-vous en direct, pour 52 minutes de bonne humeur ! Dès le 3 janvier, Alain Fauritte vous donne rendez-vous les lundis, mardis, jeudis et vendredis sur France 3 Auvergne Rhône-Alpes.

Chaque jour 9h50 le matin c’est de l’info, du service, des bons plans de l’actualité et surtout de la bonne humeur… sans oublier :

– les directs en extérieur avec Valérie Chasteland, Dolorès Mazzola et Jérôme Doumeng
– les invités d’Alain Fauritte en plateau
– les rendez-vous Vie Pratique et Découverte des chroniqueurs

Au programme pour démarrer 2017

Mardi 3 Janvier :

Comment retrouver légèreté et bonne humeur après les fêtes ?
La SCOP Ardelaine en Ardèche
Histoire du Maire d’Orcines dont l’habitude est d’offrir un bavoir brodé par sa femme aux nouveaux nés de sa commune
Découverte de l’association Inouïe distribution

Jeudi 5 Janvier :

Coup de projecteur sur la Miecyclette
L’expérience du sensationnel avec l’association RadCow
L’énergie solaire de NID énergie
À poil les chefs ! et son calendrier…
Qu’est-ce que le fly yoga ?

Vendredi 6 Janvier :

Rencontre avec François D’Haene
La fabrication des accordéons Cavagnolo
Le Mokiroule, une librairie ambulante jeunesse
Coup de projecteur sur la galette des rois
Reportage sur les « walkings desks » ou la nouveauté au travail

Europe 1 s’installe à Lyon pour la Fête des Lumières

Le 06 décembre 2016, par Marie Cartigny

Europe 1, partenaire de la Fête des Lumières, qui se déroule du 8 au 10 décembre 2016, réalisera quatre émissions depuis Lyon, le vendredi 9 décembre de 9h00 à 18h00. Thomas Joubert, Franck Ferrand, Anne Roumanoff et Alessandra Sublet investiront, à cette occasion, la Capitale des Gaules.

Au programme de cette journée exceptionnelle :

· De 9h00 à 10h30, Thomas Joubert s’installera avec son équipe au Palais de la Mutualité pour proposer en public son Grand direct des médias. Il recevra EnjoyPhoenix, célèbre bloggeuse et Youtubeuse française aux deux millions d’abonnés.

· De 12h00 à 12h30, Anne Roumanoff et sa bande recevront Gérard Collomb, Sénateur-Maire de Lyon dans l’émission Ça a pique mais c’est bon.

· De 14h00 à 15h00, Franck Ferrand s’intéressera à la ville de Lyon à l’époque romaine et, plus particulièrement au développement du christianisme en son sein. Il consacrera son récit aux Martyres de Lyon et s’entretiendra à cette occasion avec l’historien François Richard. L’animateur d’Europe 1 se penchera également sur le patrimoine de la colline de Fourvière.

· Puis de 16h00 à 18h00, Alessandra Sublet, de retour sur ses terres lyonnaises, sera aux commandes de La cour des grands et accueillera à cette occasion la comédienne et humoriste Bérengère Krief également originaire de Lyon. Entourée de Jérémy Michalak, Jean-Louis Debré, Matthieu Noël, Valérie Bègue et Guy Carlier, la sémillante animatrice d’Europe 1 jouera avec l’actualité dans la joie et la bonne humeur.

Pour assister à ces émissions, inscription sur Europe1.fr :

http://clube1.europe1.fr/Europe1-a-la-fete-des-lumieres-de-lyon

Retrouvez ces émissions sur Europe 1.fr et sur Twitter avec les #LGDM #ACDH #CPMCB #LCDG et le #E1FDL

Lyon : 5ème édition du festival « Faire un film en 48h »

Le 02 novembre 2016, par Marie Cartigny

Le Petit Studio organise la cinquième édition du festival « Faire un film en 48h ». Le festival posera ses valises à Lyon du 4 au 6 novembre 2016.

Le principe est simple : les candidats ont 2 jours pour écrire, tourner et monter un film de 4 à 7 minutes qu’ils devront remettre 48h précises après le lancement du concours. Mais la difficulté ne s’arrête pas là, puisqu’un personnage, un objet mais aussi une ligne de dialogue, imposés aux participants, devront être introduits dans leur film. Pour ce qui est du genre du film, il sera tiré au sort par chacun des candidats juste avant le début de la compétition.

En 2015 le 48HFP s’est déroulé dans plus de 130 villes, soit plus de 60 000 personnes participantes

Tous les courts métrages rendus dans le délai imparti concourront pour les nombreux prix décernés par un jury de professionnels, le prix le plus convoité restant celui du meilleur film qui donne accès à la finale internationale. Une occasion de plus pour la France de présenter un film lors de la finale mondiale qui regroupe 130 villes participant à ce concours et qui aura lieu en mars 2017 à Seattle.

Le 48HFP commença d’un pari entre amis : qui à l’époque aurait pu penser que l’événement se développe pour devenir un phénomène mondial ?!?

Les projections des films réalisés sont ouvertes au public au Cinéma « Comoedia » les 26 et 27 novembre 2016, où les spectateurs éliront leur film préféré. Les courts métrages rendus hors délais seront également diffusés et pourront également concourir pour le prix du public.

Il est d’ores et déjà possible de s’inscrire au concours en se rendant directement sur le site : www.48hourfilm.com/lyon

Aucune limite d’âge n’est imposée. Amateurs, confirmés ou simples passionnés sont donc invités à participer. Grâce aux partenaires du festival tels que BNP Paribas ou encore Canon, de nombreux lots de qualité sont en jeu cette année.

Découverte de super-héros du XXIème siècle sur Planète + les 20 et 27 septembre 2016

Les SUPER-HÉROS ne sont pas que des personnages de cinéma. Certains habitants de notre planète sont dotés de « super-pouvoirs » qui leur permettent de repousser toujours plus loin les limites du corps humain. Comment fonctionnent ces « super-pouvoirs » ? Quel est l’humain qui se cache derrière ces « super-héros » ? Pourquoi mettent-ils leur vie en danger à chaque instant ? Le cinquième rêve et MFP présentent une série documentaire de 8 films écrite par Olivier Oudon, Arnaud Tortel et Nicolas Zunino, réalisée par William Japhet, Sébastien Montaz-Rosset, Thierry Robert, Pierre Stine, Nicolas Thomä, d’après une idée originale d’Olivier Oudon pour parler de ces super-héros des temps modernes.

La série « Super-héros, la face cachée » propose de décrypter à travers cette 1ère saison de 8 épisodes de 26 minutes retraçant le portrait de 8 athlètes aux capacités hors du commun à travers des images grandioses.

Yoann Leroux, Alain Robert, Eric Deguil, Kilian Jornet, Géraldine Fasnacht, Umberto Pelizzari, Justine Dupont et Jean-Baptiste Chandelier… ils ont tous un point commun : une folle envie de défier les éléments mais surtout repousser leurs limites.

« Super-héros, la face cachée » : à la découverte des super-héros de notre planète

Océans en furie, falaises vertigineuses, cascades infranchissables, très haute montagne ou toits secrets de Paris, à chacun son terrain de jeu. Arnaud Tortel, préparateur sportif et kinésithérapeute a décidé d’aller percer le mystère de ces athlètes de l’extrême en révélant les secrets de leur force physique exceptionnelle mais aussi en dévoilant leur face cachée. Portraits intimistes, moments de partage, grâce à son approche unique du corps humain Arnaud livre un décryptage original de ces super-héros pour essayer de comprendre ce qui chaque jour les pousse à dépasser leurs limites et leurs peurs pour les emmener au bout de leurs rêves, même les plus fous.

Les athlètes de l’extrême

Yoann Leroux, 28 ans, vit à Paris, double champion du monde de Parkour et Freerun en 2011 et 2013. Super-pouvoir : utilise les murs et toits des villes pour réaliser des sauts et figures spectaculaires.

Alain Robert, 53 ans, originaire de Valence, escalade des gratte-ciel depuis 1994 après deux très graves chutes, dont une de 14 mètres. A gravi Burj Khalifa, la plus haute tour du monde (828 mètres) en 2011. Super-pouvoir : seul homme à pratiquer la grimpe urbaine en « solo » (sans corde).

Eric Deguil, 34 ans, vit à Pau. Triple champion du monde de kayak extrême en 2011, 2012 et 2014 après une triple fracture lombaire en 2010. Super-pouvoir : franchit des rivières et cascades classées « infranchissables ».

Géraldine Fasnacht, 35 ans, habite en Suisse. Multiple championne internationale de snowboard « Freeride ». Experte en base-jump et wingsuit. Super-pouvoir : « voler » au-dessus des montagnes.

Umberto Pelizzari, 48 ans, habite en Italie. Triple recordman du monde d’apnée en no limit, poids constant, et poids variable. Super pouvoir : peut tenir en apnée plus de 8 minutes grâce à une capacité pulmonaire exceptionnelle de 7,9 litres et une maîtrise absolue de ses organes vitaux.

Justine Dupont, 24 ans, vit à Hossegor. Championne d’Europe de shortboard et de longboard en 2011. Détient le record depuis 2013 de la plus grosse vague jamais surfée par une femme : la vague de Belharra, 15 mètres de haut. Super-pouvoir : dompteuse de vagues.

Jean-Baptiste Chandelier, 30 ans, vit à Serre Chevalier. Parapentiste freestyle et poète des airs. Frôle les buildings en volant, exécute des figures extrêmes et réalise l’exploit de se poser sur un bus en mouvement. Super-pouvoir : voler dans tout type d’environnement avec son « manège » sur le dos.

Kilian Jornet, 31 ans, vit à Chamonix. Multiple médaillé d’or de ski-alpinisme et 6 fois champion du monde de skyrunning. Considéré comme le plus grand coureur en montagne de tous les temps. Super-pouvoir : capacité à dominer toutes les distances et vaincre les plus grands sommets du monde, en aller-retour et en équipement ultra léger.

Dates et horaires de diffusions sur Planète + Aventure & Expérience et bientôt sur TV5
Mardi 20 septembre 2016
Alain Robert, L’homme araignée à 20h45
Géraldine Fasnacht, La femme oiseau à 21h10
Umberto Pelizzari, L’homme poisson à 21h35
Yoann « Zephyr » Leroux, Le maître des toits à 22h00

Mardi 27 septembre 2016
Kilian Jornet, Le maître des cimes à 20h45
Eric Deguil, Le maître des rivières à 21h10
Justine Dupont, La fiancée de l’océan à 21h35
Jean-Baptiste Chandelier, Le maître de la gravité à 22h00

 

SUPER HEROS La face cachée – BANDE ANNONCE – VF from L5R on Vimeo.

1erdegré ? Un concept lyonnais de courtes vidéos qui plaît !

Nicolas, le cameraman et Thomtom, le comédien, forment un duo complice qui passe des journées entières ensemble pour mettre en images des expressions classiques, figées, qui perdraient tout leur sens si l’on changeait un mot. Nous pouvons parler d’expressions toutes faites détournées avec humour et qui font le plaisir des amoureux de la langue française dont je fais partie.

1erdegré est déjà un pied de nez au grand dieu de l’humour, s’il existe, car il est question dans les vidéos réalisées par Nicolas Nova de 1er degré voire de 2d degré. La vidéo « Sucrer son permis » se passe dans un café lyonnais. Nicolas est derrière la caméra et Thomtom se prête au jeu en tant que comédien.

A la ville comme à la campagne, les deux amis passent beaucoup de temps dans les troquets, ils sont en train de blaguer sur les nombreuses expressions imagées du français et voilà, le tour est joué : il ne reste plus qu’à sortir le smartphone et à filmer. Une serveuse arrive à leur table et saupoudre le permis de Thomtom de sucre blanc. La vidéo de 10 à 15 secondes (contre 6 secondes au format Vine : les balbutiements de 1erdegré) est dans la boîte et l’expression « sucrer son permis » prend un autre sens beaucoup plus rigolo…

On ne peut s’empêcher de sourire à la blague. Humour potache ? Oui, sûrement. Nous avons l’impression en regardant l’ensemble des vidéos de rentrer dans la cour d’école de Nicolas et de Thomtom… Sûrement la cour des grands… S’il l’on s’en tient à la définition du dictionnaire, l’humour potache est « un humour moqueur portant peu à conséquence, qui n’offense pas autrui, et qui n’est pas basé sur un mensonge. Le mot potache fait partie du jargon scolaire et fait référence au collégien ou au lycéen. » (source internet). Les deux complices se donnent les moyens pour la mise en scène : par exemple pour l’histoire des daims, ils sont allés au Parc de la Tête d’Or à Lyon pour en filmer. Techniquement, le sketch n’est volontairement pas travaillé, le plus gros du travail est la mise en scène et l’expression « regarder avec dédain » prend une toute autre tournure…

Mais qui se cachent derrière Nicolas et Thomtom, Le Zèbre ?

Nicolas Nova et Thomas Walser semblent sortir d’un chapeau… Et pourtant, l’un et l’autre ont déjà une bonne expérience dans le milieu artistique et audiovisuel. Nicolas Nova est réalisateur et comédien. Il est arrivé à Lyon il y a 2 ans après une dizaine d’années passées à Paris et « crée pleins de vidéos sur internet » comme il aime à le dire, pour 1erdegré. « J’ai fait une école de comédien, le Studio Pygmalion, en région parisienne. J’ai accumulé les expériences devant la caméra et, depuis quelques temps, un peu plus derrière celle-ci ». Voilà comment, brièvement, Nicolas se présente.

Thomas Walser est comédien. Son « vrai métier » est directeur de photographie mais il avait envie de jouer à nouveau : « j’avais fait un peu de théâtre en début de carrière en 2003. Cela m’a amené à la lumière puis, plus tard, à la direction de photographie. Mais jouer la comédie me manquait. J’ai rencontré Nicolas sur un festival en Normandie qui s’appelle Festival Off-Courts et on s’est dit quelques mois plus tard que l’on pourrait travailler ensemble. Moi, j’avais cette envie de jouer et lui avait ce concept de 1erdegré, dans lequel nous prenons les expressions de la langue française au premier degré. Nous avons réalisé la première vidéo en septembre 2015, il y a tout juste un an. Le but est de faire rire tout en nous amusant nous-mêmes. »

Leur actu

La visibilité de 1erdegré sur la toile, notamment sur Facebook va en progressant : le 27 juin 2016, 1erdegré fêtait son 700ème likes sur sa page Facebook. Plus récemment une émission sur la chaîne Youtube leur a été consacrée. Vous pouvez la visionner en cliquant ici. L’équipe de PressNut News leur souhaite tout le succès qu’ils méritent. Ils pourraient largement se faire une place au sein d’une plus grande émission, pourquoi pas à la télévision. Affaire à suivre…

Le cinéma itinérant à l’ère du numérique

Le 27 juin 2016, par Marie Cartigny

Nous gardons tous une image un peu folklorique du cinéma dans les zones rurales : une salle des fêtes avec des chaises et des bancs mis en place à l’occasion pour accueillir les villageois, une caméra 35 mm projetant sur une toile blanche des films à succès et les bruits des spectateurs (rires, éternuements…) et ceux des sièges faisant grincer le sol. L’esprit de la fête au village quand les projections sont programmées reste présent même si, depuis 2013, les bobines et les galettes ont été remplacées par des projecteurs numériques derniers cris.

Le cinéma itinérant dans la région lyonnaise existe depuis plus de 30 ans. L’idée est venue de plusieurs passionnés de cinéma qui, devant la difficulté de se déplacer pour aller au cinéma, ont proposé aux habitants grâce à des projecteurs 35 mm, des séances dans les villages tous les 15 jours. Ce circuit comprend 3 cantons : le canton de Saint-Laurent-de-Chamousset, le canton de Chazelles-sur-Lyon, et quelques villages du canton de Saint-Symphorien-sur-Coise.

Le succès croissant de l’association Ciné Monts du Lyonnais depuis 2013 est principalement dû à l’offre CINENUM du Centre National du Cinéma et de l’Image animée (CNC) dont elle a bénéficié. Les caméras numériques 2K, NEC NC 900 C ont remplacé les bobines. Ce succès vient aussi du fait que le cinéma est proposé à un public en milieu rural qui se déplace très difficilement, surtout pour les personnes âgées ou à mobilité réduite parce qu’elles ont peu de moyen. Le cinéma itinérant est peu cher : les places sont à 4€50 pour les adultes et 3€ pour les enfants jusqu’à l’âge de 16 ans.

Le Ciné Monts du Lyonnais a su tirer son épingle du jeu

Cette proposition commerciale peu coûteuse est possible grâce aux 110 bénévoles qui se mobilisent pour accueillir dans leurs villages une programmation cinématographique. Ce bénévolat se fait en partie grâce à un animateur-formateur, salarié de l’Association, Joël Sela. Les bénévoles des différents cantons sont donc formés pour l’accueil, la projection, le rangement et la circulation du matériel d’un point à un autre. Face à cette volonté de promouvoir l’activité culturelle dans les zones rurales, des dotations cantonales sont accordées à l’association. Pour ce qui est des subventions, en dehors du Festival Ciné-Filou qui a lieu pendant les vacances de la Toussaint, le cinéma les a vus fondre au fur et à mesure de son développement.

Cependant, même si les budgets se sont réduits comme peau de chagrin, le Ciné Monts du Lyonnais a su tirer son épingle du jeu grâce au matériel de projection numérique portable. Et oui ! Contrairement, aux salles de cinémas, qui, elles, se sont équipées de projecteurs numériques 4K, plus lourds et statiques, l’association a décidé de fonctionner avec des NEC 900 en 2K. Le Ciné Mont du Lyonnais est devenu également prestataire vidéo extérieur : depuis un an maintenant, des demandes de projections exceptionnelles pour des clients ont démarré. L’association devient ainsi prestataire pour des projections à la demande en fonction de certains événements, dans certains cadres, dans certains lieux autour de Saint-Étienne Métropole qui lui a demandé, l’an dernier dans le cadre du développement durable d’organiser une projection autour du film « Des abeilles et des hommes ». Cette année, l’association a été sollicitée pour renouveler l’opération durant le mois de juin.

Il y a eu également des projections à Lyon l’été dernier pendant lesquelles l’association a été sollicité pour les festivités de « Tout le monde dehors », de juillet à août 2015, pour assurer des projections plein-air sur les places de Lyon. Les films maintenant existant de moins en moins en 35 mm, l’association a ce petit quelque chose en plus à offrir. L’arrivée du numérique dans les villages a eu pour effet d’offrir aux habitants une programmation plus importante et plus large… Bref, que du bonheur pour les pupilles des villageois !

La petite lucarne en Auvergne Rhône-Alpes

Le 20 juin 2016, par Marie Cartigny

L’histoire de la télévision régionale n’est pas un long fleuve tranquille et se raconte un peu comme une saga qui correspond aux aléas économiques et politiques avec des personnes influentes ou animées par le désir de voir leurs programmes diffusés sur petit écran.

Compte tenu du nombre plus important de chaînes de télévision lyonnaises comparativement à celles que couvrent l’Auvergne, une question se pose : comment monter une chaîne de télévision ? Les ingrédients principaux sont mis à part un plan business béton, une persévérance croissante. Vous l’avez compris trouver sa cible, choisir entre la télé numérique TNT nationale, la télé numérique TNT locale, la télé numérique TNT régional, celle sur câble ou celle sur satellite ou bien celle sur ADSL, internet ou téléphonie sont des prérogatives pour mener à bien son projet. Car une fois la technologie utilisée, les interlocuteurs ne sont pas les mêmes. Certains professionnels vous diront qu’il faut un capital social de 200 000 euros au départ, d’autres peut-être ceux qui ont le plus d’expérience dans le milieu, vous convaincront que pour une chaîne de télévision locale modeste, le budget d’investissement est entre 1 et 2 M€. Cela permet de couvrir l’achat des équipements. Au dessous, il est nécessaire de faire des concessions importantes !

Les coûts importants liés à la réalisation d’une chaîne de télévision et son peu d’audience peuvent expliquer la disparition de certaines chaînes régionales emblématiques aussi bien en Auvergne qu’en Rhône-Alpes. En Auvergne, nous pouvons citer : « Clermont 1ère », lancée le 8 octobre 2000 qui face aux nouveaux traitements de l’information opère une refonte en décembre 2012 grâce à une chaîne dédiée, principalement, à l’actualité : IC1. Ainsi, la Société clermontoise de télévision (SCT), éditrice de la chaîne Clermont 1ère occupe les petits studios, situés dans les locaux du journal La Montagne (devenu principal actionnaire), rue Clos-Four à Clermont-Ferrand. Malheureusement, IC1 essuyant des déboires financiers considérables ne résiste pas et cesse d’émettre dans le Puy-de-Dôme et l’Allier le 1er juin 2015.

la télé qui vous play

Autre flop, cette fois-ci en Rhône-Alpes : avant que TLM (Télé Lyon Métropole) ne soit la télé qui vous play, n’en déplaise, elle est surtout, à ses tous débuts, la télé magouille… La plus ancienne télévision locale de France créée par l’industriel Roger Caille, dès le 25 novembre 1988 démarre au quart de tour avec l’émission « Repérages » dans laquelle le premier invité se trouve être un élu Charles Hernu, maire de Villeurbanne. Ce reportage sera détourné par un collaborateur de la chaîne, Pierre Carles, à des fins politiques en pleine période électorale. Ce scandale entraînera l’exclusion de ce dernier ainsi que celle du président de TLM, son Directeur Général et son Directeur Antenne.

Outre cette anecdote qui correspond aux écueils à éviter pour créer une chaîne télévisée, Lyon regorge de créativité dans le domaine audiovisuel. Elle compte au moins 6 chaînes locales : TLM, Cap Canal, Lyon TV, M6 Lyon, OL TV et France 3 Auvergne Rhône-Alpes… et quelques Web TV. L’Auvergne, quant à elle, ne dispose seulement que d’un seul média consistant : France 3 Auvergne et quelques ovnis sur le web comme CouleurCantal.tv, Watch U (la webtv de l’Université d’Auvergne) et Auvergnelife.tv, sans activité depuis plus d’un an. Nouveauté intéressante, enfin, la nouvelle grande Région a mis en place une web TV, Rendez-vous.tv, sur laquelle est diffusée un magazine « AgoRa », co-réalisé par 4 chaînes locales.

Le village préféré des français sera-t-il en Auvergne Rhône-Alpes ?

Le 03 juin 2016, par Thomas Fauveau

Le 7 juin à 20h55, France 2 diffuse la 5ème saison du Village préféré des français. L’occasion pour Stéphane Bern d’emmener le téléspectateur sur les routes de France et notamment dans notre région, en Ardèche, où se trouve le bourg médiéval de Vogüé. Quelles sont les chances du village aux cinq châteaux de décrocher le titre ?

Cette année, France 2 et Morgane Production ont demandé à un comité d’experts du voyage et du patrimoine de participer à la sélection des villages en amont de l’émission. Autour de Stéphane Bern : Sophie Jovillard (globe trotteuse pour l’émission Échappées Belles), Gérard Klein (comédien, animateur et auvergnat d’adoption), Pierre Bonte (journaliste), Dominique Roger (rédacteur en chef du magazine Détours en France) et Franck Ferrand (journaliste et historien). Ce sont les téléspectateurs qui ont été appelés à voter sur le site de l’émission. Le village gagnant sera dévoilé en direct le 7 juin au soir.

La sélection 2016 comporte 13 villages et autant de régions. La silhouette étirée du village médiéval de Vogüé, le long de la rivière de l’Ardèche, est une des images les plus célèbres et pittoresques de la région Auvergne Rhône-Alpes. Construit en amphithéâtre, Vogüé est jalonné de ruelles, d’arcades et de jolies maisons aux couleurs chaudes et aux toits de tuiles rondes qui témoignent du caractère méridional de la cité. Vogüé jouit également d’un riche passé historique avec les vestiges de cinq châteaux, tous antérieurs au XIVe siècle. L’un d’eux, très remanié au XVIIe siècle, domine le bourg castral avec ses jardins suspendus et offre un superbe panorama.

Le village aux 5 châteaux

Classé parmi les « plus beaux villages de France », le bourg de Vogüé est intimement lié à la famille éponyme. Raymond Ier de Vogüé aurait fait édifier le château principal à la fin du XIIe siècle. Après avoir changé de propriétaire plusieurs fois au cours des siècles, la famille a repris possession de la bâtisse en 1603 et l’a réaménagé selon le style Renaissance. Vendu comme bien national à la Révolution française, le château est racheté et restauré un demi-siècle plus tard par Léonce de Vogüé. Classé monument historique en 1971, le château appartient toujours à la même famille et est ouvert au public.

A Vogüé, le tournage de l’émission s’est déroulé fin avril. Geneviève Laurent, maire du village a déclaré à PressNut.com : « Nous sommes très heureux et fiers que notre village soit sélectionné pour représenter la région Auvergne Rhône-Alpes dans cette émission. Nous avons la chance d’être un village protégé au cœur d’un écrin de falaises avec la rivière Ardèche à nos pieds. » Arnaud Crévolin, directeur du château de Vogüé raconte : « des enfants ont été conviés ici, au château, pour parler de leur village. Pour nous c’était une première d’avoir un tel tournage et nous espérons bien que cette émission nous fera mieux connaître des français. » Souhaitons bonne chance à Vogüé dans cette belle compétition. Verdict le 7 juin au soir sur France 2.

Crédit photo : office du tourisme de Vogüé

Scènes et Images la première agence Pôle emploi dédiée aux professionnels du spectacle en Auvergne-Rhône-Alpes

Le 02 juin 2016, par Marie Cartigny

Pôle emploi Spectacle Rhône devient, à partir du 1er juin 2016, Scènes et Images, première agence avec une compétence régionale, spécialisée dans les domaines du spectacle, du cinéma, de l’audiovisuel et des jeux vidéo. La nouvelle agence Scènes et Images, basée au centre de Lyon et près de la gare Part Dieu, accompagne dorénavant tous demandeurs d’emploi indemnisés au titre des Annexes 8 et 10 et les employeurs dont l’activité tient des domaines de la culture et du spectacle.

Pourquoi une agence régionale?

Auvergne-Rhône-Alpes est la deuxième région française, en termes d’activité des industries culturelles et créatives avec un poids économique estimé à 74 milliards d’euros. Depuis 2010, Pôle emploi Spectacle a développé des partenariats régionaux avec des institutions, des agences culturelles et des pôles de compétences partout dans la région. Dans les secteurs culturels où les métiers sont en constante évolution, les recrutements se font beaucoup par réseautage et par cooptation. En régionalisant l’agence Scènes et Images, l’équipe de spécialistes de Pôle emploi souhaite ouvrir ces marchés et faire bénéficier de son expertise tous les professionnels en Auvergne-Rhône-Alpes. Faire profiter tous les employeurs et les demandeurs d’emploi des partenariats régionaux est, par ailleurs, une des attentes fortes exprimées par ce public.

Qu’est-ce qui change?

– Employeurs et intermittents du spectacle auront un seul interlocuteur, spécialisé et qui connaît parfaitement le milieu et les exigences du secteur culturel ;
– Les employeurs auront accès à la base de données spécialisée et donc aux profils correspondant à leurs besoins ;
– Les employeurs et les candidats auront des réponses rapides et « sur mesure ».

Le recouvrement des cotisations des entreprises de ces secteurs et le traitement du dossier indemnisation relevant des Annexes 8 et 10 des intermittents du spectacle restent de la compétence de Pôle emploi services avec qui l’agence Scènes et Images travaille en étroite collaboration.

La nouvelle agence Scènes et Images en quelques mots

– 31 collaborateurs spécialisés dans les domaines artistiques et culturels ;
– Une compétence pour un suivi 100% Web, pour les candidats qui ont choisi ce mode d’accompagnement et qui leur permet de contacter Pôle emploi sans se déplacer ;
– 40 castings de longs métrages par an (2000 postes pour le film « Les Lyonnais d’Olivier Marchal, 600 postes pour « Number One » de Serge Hazanavicus…) ;
– 18000 employeurs et 9000 demandeurs d’emploi concernés.

Une seule adresse pour les professionnels de toute la nouvelle région :

Pôle emploi Scènes et Images :
Immeuble le Panoramique 4ème étage
83 – 85 Boulevard Marius Vivier Merle,
69003 Lyon