Rugby : Clermont-Ferrand accueille les finales régionales des clubs … – Franceinfo

Le 25 avril 2017, par Editor Bot

Franceinfo
Rugby : Clermont-Ferrand accueille les finales régionales des clubs …
Franceinfo
Les finales régionales des clubs amateurs ont eu lieu ce samedi 22 avril au stade des Gravanches. Un match en particulier a été suivi : la finale de 4e série, l'équivalent de la 11e division. Sauxillanges affrontait Malintrat. Par Marc Taubert et …

Lire l’article

La seconde édition du Concours de Machines revient le 30 juin à Ambert

Le 29 mars 2017, par Rédaction AuvergneRhôneAlpes.info

Après sa renaissance en 2016, la seconde édition des Concours de Machines de l’ère moderne aura lieu les 30 juin, 1er et 2 juillet 2017, à Ambert (63), au coeur du Livradois-Forez. Cette année, 30 constructeurs de vélos artisanaux, seront présents. Ils ne viendront pas seulement de France mais aussi d’Allemagne, de Slovaquie, de Suède, du Japon et des Etats-Unis. Une opportunité unique de découvrir le meilleur de la production artisanale de cycles !

Un nouveau souffle pour le vélo artisanal

En déclin durant la seconde moitié du XXe siècle, le vélo artisanal suscite depuis quelques années un regain d’intérêt en France. Le succès du premier Concours de Machines de l’ère moderne, organisé en 2016, a confirmé l’intérêt du public pour ces vélos uniques, sur-mesure, fabriqués à la main en France par une poignée de cadreurs qui font aujourd’hui perdurer un savoir-faire encore méconnu. C’est dans cette dynamique que se déroulera au début de l’été la seconde édition.

Un événement à dimension internationale

Réservé l’an dernier aux artisans français, le Concours de Machines accueille en 2017 trente concurrents venus du monde entier. L’événement aura ainsi un rayonnement international, qui permettra de mettre en avant le savoir-faire des cadreurs nationaux dans le monde entier.

La compétition

Le Concours de Machines n’est pas une course mais bel et bien un concours technique. Chaque marque présentera un vélo pensé, conçu et réalisé sur le thème de « la randonneuse légère ». Deux épreuves d’environ 200 kilomètres, mêlant routes et chemins, se chargeront de juger de la fiabilité des machines. La qualité de réalisation, le poids ou encore le degré d’innovation seront évalués par un jury international, composé d’historiens du cycle, de constructeurs ou encore d’experts techniques.

Le public au coeur de l’événement

L’objectif de la compétition est de faire connaitre la fabrication artisanale de cycles et de montrer au grand public qu’il existe des alternatives aux grandes séries. Les machines seront exposées après les épreuves du samedi et du dimanche sur le village de la cyclosportive Les Copains-Cyfac. Le public pourra donc observer le travail réalisé par les constructeurs et échanger avec eux. Il prendra également part aux votes et un Prix du Public sera remis.

Plus d’information sur l’événement en cliquant ici.

Lire l’article

Glisshop et Snowleader, des leaders de la glisse en Europe made in Aubière et Annecy

Le 24 mars 2017, par Rédaction AuvergneRhôneAlpes.info

Malgré une mauvaise saison hivernale marquée par un enneigement très faible, les ventes de snowboards et de skis se portent à merveille. Deux enseignes de la région slaloment avec succès. Leur secrets : un positionnement pointu qui séduit les internautes et un excellent référencement dans les moteurs de recherche.

Un chiffre d’affaire de 12 millions d’euros et une croissance de 15% cette saison sur les ventes internet, un tableau qui laisse rêveur quand on sait que les stations de ski font grise mine devant la baisse des fréquentations. Frédéric Morel directeur de Glisshop.com explique à PressNut News que pour séduire les amoureux de la montagne, il faut une offre importante. L’enseigne propose donc plus de 700 modèles de skis différents alors que Décathlon ne dépasse pas 20 références. Autre spécificité, Glisshop travaille avec Fusta, une marque française qui produit des skis haut de gamme façonnés à la main en Auvergne.

Les pratiquants sont très pointus dans leurs choix et investissent toujours dans leur matériel. 70% du marché des sports d’hiver concernent la location de skis. Les 30% représentent donc la vente, une niche délaissée par les géants de la distribution en raison de marges moins importantes que sur le textile. Une niche dans laquelle s’est engouffrée Frédéric Morel. Sur le snowboard, Glisshop est leader sur le marché français, dans le top 5 européen et concernant le ski numéro 2 en France.

La société emploie une quarantaine de salariés en tout dont 8 dans le magasin d’Aubière, la seule boutique de skis dans Clermont et ses environs.

L’autre raison de ce succès selon son patron, c’est le référencement sur le web. Le site internet a été créé en 1999, il s’agit de l’un des premiers du genre sur la toile. Il y a 5 ans, le site a été traduit en anglais. Son président s’est rendu compte qu’il n’y avait pas une concurrence féroce en Grande-Bretagne. Il y a un marché du ski là-bas et beaucoup viennent en France. Aujourd’hui, Glisshop génère 20% de son chiffre d’affaire en Angleterre et la marque part maintenant à la conquête de l’Allemagne. En revanche, la direction ne prévoit pas d’acheter d’autres fonds de commerce. Pour une activité qui ne dure que 6 mois, elle juge cela impossible à rentabiliser.

Du côté de Snowleader, la marque a eu droit à un démarrage canon avec des consommateurs qui ont commencé à s’équiper tôt grâce à de très fortes chutes de neige lors du week-end du 11 novembre. Les températures qui sont ensuite remontées n’ont pas freiné la forte croissance des ventes web. Son directeur Thomas Rouault évoque à PressNut News « une croissance à trois chiffres pendant les premiers flocons avant de revenir à une croissance de 15% ». Il ajoute même que « si on ne fait pas 15% de croissance, ça veut dire qu’on perd des parts de marché ».

Et même si les consommateurs ne s’équipent pas en équipement de ski, ils viennent dans le magasin d’Annecy tout simplement pour se protéger du froid. La boutique physique ne génère que 2% du chiffre d’affaire total estimé à 18 millions d’euros. Cependant contrairement à Glisshop, Thomas Rouault a 2 projets d’ouverture de fonds de commerce pour l’année 2017 en Rhône-Alpes. Il vise aussi le marché espagnol où il a déjà réservé des noms de domaine sur internet. Pour lui, le système des avis sur snowleader.com explique le succès de l’enseigne. C’est la satisfaction client qui amène d’autres clients.

Lire l’article

La Drôme remporte le Trophée « Destination vélo » 2017 de la FFCT !

Le 21 mars 2017, par Marie Cartigny

Lors du Salon Destinations Nature qui a eu lieu du 16 au 19 mars 2017, la Fédération française de cyclotourisme a remis les Trophées du vélo 2017 dans les deux catégories suivantes : la Destination vélo et l’Itinéraire vélo. Pour cette 4ème édition, deux départements sont arrivés ex-æquo sur le podium : la Drôme et la Charente-Maritime. Ce sont les « Destinations vélo » 2017 qui font figure d’exemples en matière de cyclotourisme grâce à la mise en place d’aménagements cyclables, d’accueil des cyclotouristes, offres dédiées etc… Elles se distinguent par leur point fort commun : un travail participatif depuis 20 ans avec les différents acteurs du vélo sur le territoire (associations, institutions, fédérations…) qui débouche sur un projet fédérateur et porté par tous.

La Drôme est engagée tout comme la Charente-Maritime, depuis plus de 20 ans, dans une politique de développement de la pratique du vélo. Avec sa grande diversité de paysages et son relief varié, elle dispose d’une variété de parcours pour une pratique sportive ou contemplative.

La Drôme à vélo totalise 3 613 km d’itinéraires, appelés « Bons plans à vélo », avec des circuits de niveau vert à rouge dont 88 cols routiers pour les cyclogrimpeurs et 139 km de véloroutes voies vertes. La ViaRhôna traverse d’ailleurs le territoire sur 66 km.

Pour les vététistes, 3 488 km d’itinéraires VTT s’offrent à eux avec 9 sites et Bases VTT mais aussi 2 grands itinéraires de longue itinérance et la Grande Traversée du Vercors en VTT.

Une offre diversifiée et complète grâce à l’engagement fort du Comité départemental de cyclotourisme associé au travail collaboratif avec les associations locales et les partenaires.

La Communauté de Communes des Hautes Baronnies est d’ailleurs labellisée « Ville et Territoire vélotouristiques ». Box à vélos, vélo-station en gare, mise à disposition de produits packagés, brochures dédiées, topoguides (…), les cyclotouristes pourront trouver leur bonheur !

Pour cette toute 1ère édition, c’est la Vélodyssée qui a été élue « Itinéraire vélo » 2017. Avec un parcours de 1 240 km de Roscoff à Hendaye, elle offre un parcours sauvage et tonique avec un parcours 100% réalisé.

Pour plus de renseignements, veuillez cliquer ici.

Mathieu Valbuena (Lyon) : «L’équipe de France, j’y croirai toujours» – L’Équipe.fr

Le 14 mars 2017, par Editor Bot

L'Équipe.fr
Mathieu Valbuena (Lyon) : «L'équipe de France, j'y croirai toujours»
L'Équipe.fr
Absent en équipe de France depuis octobre 2015, Mathieu Valbuena s'accroche à l'idée qu'il pourrait être rappelé, au vu de sa bonne saison avec Lyon. Partager sur Facebook Tweeter Google+ 20 partages. Football – Elimin. CM Europe – Mathieu Valbuena …
Lyon : pas de podium en L1, l'Europa League, les Bleus… La fin de …Maxifoot
23 autres articles »

Lire l’article

Clermont-Ferrand : Aurélien Rougerie dans la peau d’un rugbyman … – Franceinfo

Le 24 février 2017, par Editor Bot

Franceinfo
Clermont-Ferrand : Aurélien Rougerie dans la peau d'un rugbyman …
Franceinfo
Au gymnase du complexe sportif de la Gauthière, à Clermont-Ferrand, Aurélien Rougerie et Adrien Chalmin, capitaine de l'équipe de France de rugby fauteuil se sont ainsi retrouvés autour de leur passion. Devant les caméras, ces deux sportifs de haut …

Lire l’article

L’Hôpital Privé Jean Mermoz de Lyon et l’Ostéobanque d’Auvergne sensibilisent au don de tissus dans le traitement des accidents de ski

Le 24 février 2017, par Marie Cartigny

Alors que la saison de ski bat son plein, avec la zone A qui débute ses vacances d’hiver, gare aux accidents ! En effet chaque année, on en dénombre pas moins de 150 000, que ce soit pour les skieurs amateurs ou professionnels… Et dans ce dernier cas, les accidents peuvent être spectaculaires, comme le prouve la chute du skieur français Valentin Giraud Moine, qui a subi une luxation des 2 genoux le mois dernier. Pris en charge conjointement, dans le cadre d’un partenariat public-privé, par l’Hôpital Privé Jean Mermoz de Lyon (groupe Ramsay Générale de Santé) et le CHU Clermont-Ferrand, le skieur a pu bénéficier d’une greffe de tissus. L’occasion de rappeler l’importance du don de tissus qui reste encore trop confidentiel en France aujourd’hui.

150 000 accidents de ski chaque année [1]

Chaque année, on comptabilise 150 000 accidents de skis. Parmi ceux-ci, la moitié touche des membres inférieurs. 29 % sont des entorses du genou, 15 % sont des ruptures du ligament croisé antérieur et 8,5 % concernent d’autres lésions du genou. Si les ruptures des ligaments croisées antérieurs, bien que spectaculaires, peuvent être traitées via des greffes prises sur les patients eux-mêmes, dans certains cas d’accidents sportifs plus graves (ou d’accidents de la route), cela ne suffit pas.

C’est l’exemple du skieur professionnel Valentin Giraud Moine, qui a connu le mois dernier une luxation bilatérale des genoux, avec 3 ligaments touchés sur un genou et 4 sur l’autre, rendant impossible une simple autogreffe sans fragiliser l’ensemble des genoux. Accueilli en urgence à l’Hôpital Privé Jean Mermoz de Lyon, il a pu être pris en charge de façon efficace dans le cadre d’un partenariat public-privé, grâce à une greffe de tissu permise par la banque de tissus du CHU Clermont-Ferrand.

Le don de tissu, encore trop confidentiel mais primordial

Si la France commence à s’intéresser au don d’organes, avec 5 746 greffes d’organes réalisées en 2015 [2] et la Loi sur le consentement présumé entrée en vigueur au 1er janvier 2017, le don de tissus reste quant à lui encore beaucoup trop confidentiel, avec seulement une soixantaine de prélèvements effectués en 2015.

Or, le don de tissus – os, tendons, artères, ménisques, ligaments, valves cardiaques, etc. – est tout aussi important que le don d’organes. Il permet de traiter les tumeurs osseuses ou accidents de la route avec perte de substance osseuse, ainsi que les accidents sportifs sévères touchant les tendons, ligaments ou ménisques…

[1] Association Médecins de Montagne, 2015-2016

[2] Agence de la biomédecine