Lyon: Un site pour revendre vos places de concert à coup sûr – 20minutes.fr

Le 30 juin 2017, par Editor Bot

20minutes.fr
Lyon: Un site pour revendre vos places de concert à coup sûr
20minutes.fr
Il est 19 heures et à cause d'un empêchement vous ne pouvez pas vous rendre au concert où vous étiez censés passer la soirée. Résultat : vous avez une place sur le dos et vous aimeriez bien récupérer votre argent. La start-up IndiTicket propose …

Lire l’article

La Métropole de Lyon teste l’utilisation de chatbots – L’Usine Digitale

Le 09 juin 2017, par Editor Bot

L'Usine Digitale
La Métropole de Lyon teste l'utilisation de chatbots
L'Usine Digitale
Dans le cadre d'un marché public, la Métropole de Lyon a établi un partenariat avec Exakis, société spécialisée dans l'intelligence artificielle, partenaire de Microsoft. Une expérimentation a été menée durant quatre mois, afin de concevoir un chabot …

Lire l’article

Clermont-Ferrand : Aurélien Rougerie héros d’une web série sur le … – Franceinfo

Le 03 mai 2017, par Editor Bot

Franceinfo
Clermont-Ferrand : Aurélien Rougerie héros d'une web série sur le …
Franceinfo
Aurélien Rougerie dans la peau d'un rugbyman handicapé : ce n'est pas du cinéma mais une web série diffusée sur le site vismonsport.fr. Enregistré, en février 2017, au gymnase du complexe sportif de la Gauthière à Clermont-Ferrand, ce programme a été …
et plus encore »

Lire l’article

Lyon : lancement du forum du numérique « Vos enfants, les médias et Internet »

Le 10 janvier 2017, par Marie Cartigny

À l’occasion du forum du numérique « Vos enfants, les médias et Internet », les 10 et 11 janvier à Lyon, le  Centre pour L’Éducation aux Médias et à l’Information (CLEMI) présente les premiers résultats de son enquête nationale menée auprès des familles.

Contexte et objectif de l’enquête

La montée en puissance des pratiques numériques a redéfini les contours de la parentalité et bouleversé les dynamiques familiales. Quelle attitude les parents peuvent-ils adopter face à l’infobésité et à la désinformation ?
Pendant deux mois (novembre-décembre 2016), le CLEMI a mené une enquête nationale en lien avec le Réseau Canopé pour faire un état des lieux des pratiques, des doutes et des interrogations des parents sur le rapport que leurs enfants entretiennent avec les médias et Internet. Si l’échantillon constitué dans le cadre de cette enquête n’a pas l’ambition d’être représentatif, celle-ci a le mérite d’offrir une vision de terrain sur l’impact des médias et d’Internet dans les vies des familles.

Familles et Éducation aux Médias et à l’Information : des attentes très fortes

Cette enquête montre que les attentes vis-à-vis de l’École, en termes d’accompagnement, sont extrêmement fortes. 78% des parents en effet souhaitent des cours d’Éducation aux Médias et à l’Information en classe pour leurs enfants. 83% d’entre eux attendent de la part des organismes publics une sensibilisation aux dangers d’Internet.
Virginie Sassoon, responsable du Labo au CLEMI précise : “il y a une grande diversité et hétérogénéité des pratiques parmi les parents que nous avons interrogés, mais notre enquête nous a permis d’identifier cinq questionnements communs à tous les parents : comment maîtriser le temps dédié aux écrans en famille ? Comment conseiller ses enfants sur l’usage des réseaux sociaux ? Comment apprendre à ses enfants à s’informer ? Comment protéger ses enfants des images violentes et pornographiques et en parler avec eux? Quelles actions, en lien avec l’École et les associations, initier en tant que parent d’élèves sur ces questions? Ces problématiques vont structurer notre guide.”

Voir le programme du forum «Vos enfants, les médias et Internet»

Synbud, la plateforme Lyonnaise de partage et de recherche de voyages intelligente

Le 09 novembre 2016, par Marie Cartigny

Les deux seuls buts de Synbud sont de valoriser les blogs de voyages aujourd’hui noyés dans Google aux côtés des mastodontes comme Booking.com et Tripadvisor en leur offrant une nouvelle visibilité et, dans le même temps, de permettre aux voyageurs perdus au milieu de ces offres d’hébergements de trouver de vrais récits de voyages complets et objectifs.

Sur Internet, l’offre touristique est surabondante si bien que le challenge n’est plus de créer le contenu, mais de le rendre accessible. Les premières pages de recherche de voyages sont saturées d’offres commerciales de transport ou d’hébergement, spécialistes du référencement par mot-clés. Ainsi, le rôle de la curation n’a jamais été aussi important pour ne pas s’égarer parmi les millions d’informations disponibles. C’est là qu’interviennent la famille, les amis, mais aussi les blogueurs.

77% des internautes consultent aujourd’hui régulièrement des blogs

Pour vous épargner des heures de recherche, de tri, et d’organisation, Synbud géolocalise les récits de voyage d’internet. Qu’ils viennent de blogs, de sites d’offices de tourisme, et même de Synblog, cette plateforme de création de récits de voyage. Synbud est présent à toutes les étapes du voyage : pendant la préparation, durant le vécu, et au retour.

Au delà du moteur de recherche spécial voyages, du chatbot et de la plateforme de blog, Synbud, c’est avant tout une team. Derrière le projet, deux voyageurs invétérés qui ont usé leur backpack sur les routes d’Europe, d’Amérique du Nord, d’Asie et d’Océanie (l’Afrique et l’Amérique du Sud restent à épingler ! #trophâte). « Après de nombreux déboires, nous avons décidé de régler nous-même notre problème, ainsi que celui de trop nombreux voyageurs : la recherche et le partage d’informations touristiques. », déclarent les deux fondateurs.

Quel lien entre Synbud et Sinbad le marin ?

Cette plateforme s’appelle ainsi en référence à Sinbad le marin. Les contes fantastiques éponymes racontent l’histoire de ce marin qui, par sept fois, prit la mer pour vivre des aventures fantastiques dans les mers d’Afrique et d’Asie. Synbud c’est l’ami qui fait naviguer aussi bien sur Internet qu’à travers le monde. D’ailleurs, les deux entrepreneurs sont également de véritables globe trotter : Sophie Peyrat-Forestier, avec sa double compétence en droit et histoire de l’art, et suite à une année de formation en entrepreneuriat à l’EMLYON, est devenue Chief Executive Officer ! Côté voyage, Sophie préfère les destinations avec une forte tonalité culturelle. Vous aurez plus de chance de la trouver sur le parvis de la Basilique Saint-Pierre que dans le désert de Gobi. Quant à Grégoire Castellazzi, avec une formation initiale en tourisme et des compétences en développement acquises en autodidacte, il est le Chief Operating Officer. En bref, c’est le geek. Côté voyage, Grégoire est plus séduit par les paysages naturels qu’urbains : un véritable aventurier ! Vous aurez plus de chance de le trouver dans le désert de Gobi que sur le parvis de la Basilique Saint-Pierre…

Clermont-Ferrand : 3ème édition du TEDx le 22 octobre

Le 11 octobre 2016, par Thomas Fauveau

Le 22 octobre 2016, la 3ème édition de la conférence TEDxClermont propose d’élargir les champs des possibles. Une douzaine d’intervenants viendront présenter à l’Opéra-Théâtre de Clermont-Ferrand des idées qui méritent d’être diffusées, de nouveaux points de vue sur les sciences, les technologies, les arts, les enjeux sociaux, humains et économiques ou des interventions “HORS-CHAMPS” !

Un accès élargi à la conférence

Organisé de manière totalement bénévole, TEDxClermont s’ouvre cette année au plus grand nombre. La conférence filmée sur la scène de l’Opéra-Théâtre de Clermont-Ferrand sera retransmise en direct live dans de nombreux lieux physiques de la région, et dans plusieurs communautés francophones et francophiles dans le monde. L’accès aux retransmissions dans les lieux tiers sera gratuit afin de favoriser le partage avec le plus grand nombre et initier les discussions autour des sujets traités. Créer un lieu tiers est possible gratuitement après inscription auprès de TEDxClermont.

A propos de TED

Depuis 1984, les conférences TED (T pour Technology, E pour Entertainment & D pour Design) ont pour objectif de propager les «idées qui méritent d’être diffusées» («ideas worth spreading»). Les interventions couvrent de nombreux domaines allant de la science aux arts, en passant par les questions sociales, la technologie, la santé ou les grands enjeux mondiaux. Les intervenants viennent de tous les horizons, mélangeant personnalités publiques (comme Bono, Yann Arthus-Bertrand ou Al Gore), rats de laboratoires et nouveaux venus sur scène, tous porteurs d’idées qui méritent d’être diffusées.

A propos de TEDx

Face au succès des conférences TED, le concept s’est étendu au monde entier dans le cadre du programme TEDx. Depuis 2009, le programme permet à tous ceux qui le souhaitent d’organiser de manière bénévole une conférence TED-like dans leur communauté. Aujourd’hui, le concept a été repris plus de 17 000 fois dans 2 600 villes et 174 pays avec plus de 80 000 interventions disponibles en vidéo sur la chaîne TEDx Talks.

L’événement du 22 octobre affiche déjà complet à l’Opéra-Théâtre de Clermont-Ferrand, mais vous pouvez encore vous inscrire sur liste d’attente ou réserver sur un « lieu satellite » en vous connectant sur le site de TEDx Clermont.

 

Adblock : un détraqueur de performance digitale ?

Le 07 octobre 2016, par Thomas Fauveau

L’omniprésence publicitaire a conduit à un sentiment d’exaspération des internautes. Ils ont de plus en plus recours à l’installation d’un bloqueur de publicités (principalement Adblock). Et pour cause : en seulement quatre ans, le phénomène a quadruplé. La prolifération des Adblocks représente désormais une menace majeure pour les annonceurs. Ceux-ci pourraient se retrouver privés d’une part importante de leurs clients dans un avenir proche. Pourtant, on ne sait à ce jour rien ou presque du profil des utilisateurs d’Adblocks, ni des spécificités de leur comportement online.

Qui sont les utilisateurs d’Adblocks ? Présentent-ils un comportement en ligne spécifique ? Et quels sont les nouveaux paradigmes publicitaires pour faire reculer le phénomène de l’Adblocking ? Fabernovel Data & Media vient de publier la première étude d’envergure portant sur ce trou noir publicitaire.

Cette étude intitulée « Adblock : enquête sur un détraqueur de performance digitale » a porté sur l’analyse d’un échantillon représentatif de près de dix millions de sessions desktop. Au-delà du volume de sessions concernées, cette étude est la première à reposer sur l’observation des comportements véritables plutôt que sur les comportements déclarés par les utilisateurs, grâce à l’injection d’un script furtif n’interférant jamais sur la navigation des internautes.

Trois enseignements inédits sur l’Adblocking

Cette enquête livre d’abord trois enseignements factuels :

On dispose désormais de chiffres robustes sur l’ampleur du problème. Avec 17 % de sessions concernées, l’Adbocking s’impose comme le plus puissant destructeur de performance digitale.

On peut dresser un portrait-robot de l’utilisateur d’Adblock: ce phénomène concerne majoritairement les hommes (58 % d’hommes, 42 % de femmes), jeunes (deux tiers des utilisateurs d’Ablocks ont entre 18 et 34 ans), utilisateurs d’un navigateur installé (Chrome ou Firefox) plutôt que de celui proposé par défaut sur leur desktop (Explorer ou Safari). On observe des disparités extrêmement importantes en termes de taux de pénétration des Adblocks par navigateur. Plus d’une personne sur quatre pour les utilisateurs de Firefox, à peine six pour dix mille pour les utilisateurs d’Explorer.

L’utilisateur d’Adblock est sensiblement plus engagé que les autres internautes qui n’ont pas recours à l’Adblocking. Il consulte plus de pages par session (+8,5 %) et présente un taux de conversion significativement plus important que les autres internautes (+15 %).

Trois leviers pour endiguer l’Adblocking et atteindre ceux qui y recourent

Les annonceurs ont intérêt à trouver les moyens d’endiguer le phénomène de l’Adblocking et d’atteindre les utilisateurs d’Adblocks, qui en raison de leurs attitudes online, constituent un vrai gisement de performance encore sous exploité. Pour cela, trois leviers existent :

Un levier technique : bannir les publicités non skippables, c’est à dire qui ne peuvent être interrompues. Les formats publicitaires forcés constituent la première motivation de ceux qui installent un Adblock. À l’inverse, laisser le choix aux internautes de visionner les publicités, permet de préserver l’image de marque et d’obtenir une dynamique durable (nombre d’abonnés en croissance, meilleur taux de lecture intégrale, CPV optimal).

Un levier éditorial : intégrer davantage les publicités au contenu. Avec un format user-friendly, les Facebook Ads et Google Adwords, garantissent un accroissement durable de la performance auprès d’une audience pertinente et hyper-ciblée. Résultat : des publicités jugées moins intrusives pour les internautes et une acquisition digitale dynamisée pour les annonceurs. C’est ce que l’on appelle le Native Advertising.

Un levier stratégique : développer une stratégie d’optimisation des campagnes, en fonction du positionnement des prospects et clients dans l’entonnoir de conversion grâce aux données collectées sur l’ensemble des dispositifs digitaux de l’entreprise, et les données achetées à des tiers, peut être une stratégie payante.

Pour Yassine Belfkih, CEO de Fabernovel Data & Media : « cette étude constitue un bon exemple de la vision désilotée et pragmatique de la performance telle que défendue par l’agence. La performance contextuelle représente la seule approche permettant aux annonceurs de débrider leur acquisition digitale, notamment par la capacité à renouer avec tous les internautes… et même les utilisateurs d’Adblocks ! »

Suivez PressNut News sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du matin et du soir. Pour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l’application Telegram sur n’importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join ».

Enfin un service Wi-Fi haut-débit illimité dans les aéroports de Lyon depuis cet été

Le 14 septembre 2016, par Marie Cartigny

Dans le cadre du développement de ses services proposés aux passagers, Aéroports de Lyon a fait appel à Hub One, pour déployer, opérer et garantir la disponibilité du service Wi-Fi grand public de ses aéroports de Lyon-Saint Exupéry et Lyon-Bron depuis le début des vacances d’été 2016. Ainsi, les utilisateurs ont pu déjà bénéficier de ce service tant attendu…

« Le Wi-Fi gratuit et illimité est devenu incontournable pour les passagers dans les aéroports, mais il représente également un centre de coût en tant que gestionnaire. Afin de garantir un service performant à nos voyageurs nous avons décidé d’optimiser notre connexion Wi-Fi grand public. Après avoir lancé un appel d’offres, nous avons choisi de travailler avec Hub One, un groupe reconnu pour son expertise dans le milieu aéroportuaire ainsi que la gestion des hotspots Wi-Fi fiable, sécurisée et évolutive. Hub One a su nous apporter un service différenciant. » explique Nathalie Rebuffet, Responsable de projets télécom pour Aéroports de Lyon.

Un accès Wi-fi gratuit et sécurisé

Avec une expérience de plus de 10 ans dans le Wi-Fi en France et en Europe, Hub One, groupe de services en technologies de l’information et de communication en environnements professionnels, a ainsi mis en œuvre pour Aéroports de Lyon la modernisation du service Wi-Fi passagers dans les aéroports de Lyon-Saint Exupéry et Lyon-Bron.

Avec un portail de connexion sécurisé, convivial et une interface dynamique et performante, les passagers peuvent se connecter à Internet. Désormais, ils bénéficient d’un accès Wi-Fi gratuit illimité de 2Mbps, et les passagers du centre d’affaires et des salons VIP disposent de nouveaux services à valeurs ajoutées (débit de connexion plus important-5Mbps, accès à des services de presse digitale).

« Nous sommes ravis d’accompagner Aéroports de Lyon dans sa transformation numérique. Cette marque de confiance démontre notre capacité à répondre aux besoins des professionnels opérant dans des milieux à fortes contraintes et à la satisfaction des clients finaux » précise Patrice Bélie, Directeur Général de Hub One.

1erdegré ? Un concept lyonnais de courtes vidéos qui plaît !

Nicolas, le cameraman et Thomtom, le comédien, forment un duo complice qui passe des journées entières ensemble pour mettre en images des expressions classiques, figées, qui perdraient tout leur sens si l’on changeait un mot. Nous pouvons parler d’expressions toutes faites détournées avec humour et qui font le plaisir des amoureux de la langue française dont je fais partie.

1erdegré est déjà un pied de nez au grand dieu de l’humour, s’il existe, car il est question dans les vidéos réalisées par Nicolas Nova de 1er degré voire de 2d degré. La vidéo « Sucrer son permis » se passe dans un café lyonnais. Nicolas est derrière la caméra et Thomtom se prête au jeu en tant que comédien.

A la ville comme à la campagne, les deux amis passent beaucoup de temps dans les troquets, ils sont en train de blaguer sur les nombreuses expressions imagées du français et voilà, le tour est joué : il ne reste plus qu’à sortir le smartphone et à filmer. Une serveuse arrive à leur table et saupoudre le permis de Thomtom de sucre blanc. La vidéo de 10 à 15 secondes (contre 6 secondes au format Vine : les balbutiements de 1erdegré) est dans la boîte et l’expression « sucrer son permis » prend un autre sens beaucoup plus rigolo…

On ne peut s’empêcher de sourire à la blague. Humour potache ? Oui, sûrement. Nous avons l’impression en regardant l’ensemble des vidéos de rentrer dans la cour d’école de Nicolas et de Thomtom… Sûrement la cour des grands… S’il l’on s’en tient à la définition du dictionnaire, l’humour potache est « un humour moqueur portant peu à conséquence, qui n’offense pas autrui, et qui n’est pas basé sur un mensonge. Le mot potache fait partie du jargon scolaire et fait référence au collégien ou au lycéen. » (source internet). Les deux complices se donnent les moyens pour la mise en scène : par exemple pour l’histoire des daims, ils sont allés au Parc de la Tête d’Or à Lyon pour en filmer. Techniquement, le sketch n’est volontairement pas travaillé, le plus gros du travail est la mise en scène et l’expression « regarder avec dédain » prend une toute autre tournure…

Mais qui se cachent derrière Nicolas et Thomtom, Le Zèbre ?

Nicolas Nova et Thomas Walser semblent sortir d’un chapeau… Et pourtant, l’un et l’autre ont déjà une bonne expérience dans le milieu artistique et audiovisuel. Nicolas Nova est réalisateur et comédien. Il est arrivé à Lyon il y a 2 ans après une dizaine d’années passées à Paris et « crée pleins de vidéos sur internet » comme il aime à le dire, pour 1erdegré. « J’ai fait une école de comédien, le Studio Pygmalion, en région parisienne. J’ai accumulé les expériences devant la caméra et, depuis quelques temps, un peu plus derrière celle-ci ». Voilà comment, brièvement, Nicolas se présente.

Thomas Walser est comédien. Son « vrai métier » est directeur de photographie mais il avait envie de jouer à nouveau : « j’avais fait un peu de théâtre en début de carrière en 2003. Cela m’a amené à la lumière puis, plus tard, à la direction de photographie. Mais jouer la comédie me manquait. J’ai rencontré Nicolas sur un festival en Normandie qui s’appelle Festival Off-Courts et on s’est dit quelques mois plus tard que l’on pourrait travailler ensemble. Moi, j’avais cette envie de jouer et lui avait ce concept de 1erdegré, dans lequel nous prenons les expressions de la langue française au premier degré. Nous avons réalisé la première vidéo en septembre 2015, il y a tout juste un an. Le but est de faire rire tout en nous amusant nous-mêmes. »

Leur actu

La visibilité de 1erdegré sur la toile, notamment sur Facebook va en progressant : le 27 juin 2016, 1erdegré fêtait son 700ème likes sur sa page Facebook. Plus récemment une émission sur la chaîne Youtube leur a été consacrée. Vous pouvez la visionner en cliquant ici. L’équipe de PressNut News leur souhaite tout le succès qu’ils méritent. Ils pourraient largement se faire une place au sein d’une plus grande émission, pourquoi pas à la télévision. Affaire à suivre…